La transformation digitale: être « in » à tout prix?

La transformation digitale est un buzzword dont on nous rabâche les oreilles depuis plus d’un an. Cela reflète-t-il la maturité des annonceurs? Pas si sûr.

Les directions générales ont pris conscience tardivement des changements qu’impose le digital dans les organisations, les business models et les métiers. Résultat: elles se sont embarquées dans une transformation digitale à marche forcée.

Pour ne pas être « out », les collaborateurs doivent démontrer qu’ils sont « in »

Les médias débordent d’annonces d’investissements dans la digitalisation, qui se comptent en dizaines voire en centaines de millions d’euros: Orange, Sncf, Axa, La poste, Leclerc​.

Le problème est que, bien souvent, la communication interne sur le pourquoi, les objectifs et les moyens à attribuer se fait dans la précipitation. Les collaborateurs doivent donc se mettre en mouvement sans connaitre le cap ni même ce qu’attend d’eux leur manager et leur direction.

Du coup, pour ne pas être « OUT », les collaborateurs doivent démontrer qu’ils sont « IN ».


>> Lire aussi: les impacts de la transformation digitale

Traitée ainsi, la transformation digitale n’a plus aucun sens

Tout le monde se met à faire du digital pour faire du digital, à réaliser des actions inutiles ou vaines parce qu’il y a un outil innovant et une mise en oeuvre moderne (raccourci = le digital c’est faire beau, moderne)​.

Tout cela génère des comportements irrationnels sur les achats, quel que soit le domaine:

- des expressions floues des besoins dans les appels d’offres, tous métiers confondus. Avec des mentions du style « faire une proposition innovante » ou « intégrer une dimension digitale dans votre offre » ou « toute idée complémentaire permettant de valoriser votre offre sera la bienvenue »
- des critères de sélection subjectifs (design, accessibilité sur tous les supports de la terre, présence de Buzzword) au détriment des critères métiers (qualité, expertise)
- des projets qui s’arrêtent du jour au lendemain ou des appels d’offres qui tombent à l’eau car ce n’est plus la priorité du moment (oui, mais quelle est la priorité, au juste?)

Ce mouvement démontre une perte de repères des entreprises et des collaborateurs.

Traitée ainsi la digitalisation n’a plus aucun sens. C’est de la poudre aux yeux digitale, du digital washing pour reprendre un terme qui a eu, lui aussi, son heure de gloire.

Dans cet univers changeant, nous proposons aux entreprises de prendre du recul et d’adopter une démar​che conseil en replaçant le digital au service des savoir-faire de l’entreprise.​

Schéma transformation digitale

 

 Envie d’en savoir plus? Contactez-nous!